En forêt de Nemours

Compte rendu randonnée Forêt et rochers de Nemours

14 Décembre 2018

 Forte affluence pour cette dernière randonnée à la journée de l’année 2018 : en effet 23 marcheurs se retrouvent près du cimetière de Nemours pour ce circuit qui commence, tout juste après avoir dépassé le musée de la préhistoire, dans les fameux rochers de Nemours. Raymond qui mène la rando nous signale les plus spectaculaires : les mammouths, la  tête de singe, la grotte aux filles au fur et à mesure de l’avancement du parcours. Après un petit coup d’œil sur « la mer de sable », le groupe  descend dans la vallée des châtaigniers pour prendre la pause café sur des tables aménagées et bienvenues.

Après ce moment de détente, la troupe reprend le GR13 en direction de Poligny. Mais un changement d’itinéraire sur ce GR nous fait prendre un peu de retard lors de notre passage à proximité du monastère Notre Dame de Bethléem, dont nous entendons les cloches sonner les 12 coups de midi. Il faut accélérer l’allure mais malgré tout nous arrivons un peu après 13h00 au restaurant de Poligny où 3 non randonneurs nous attendent pour partager le repas. Au dessert, Jean-Louis prend la parole pour remercier chaleureusement Raymond pour avoir mené le groupe pendant 20 ans, car c’est en effet la dernière randonnée à la journée qu’il guide, mais il restera encore  actif et présent, pour longtemps nous l’espérons, afin de nous conduire lors  des petites randonnées du vendredi après-midi.

Les meilleurs moments ayant une fin, il faut déjà songer à repartir, et 5 randonneurs du matin nous quittent. C’est donc à 18 que le groupe reprend le parcours par la D40E  puis à nouveau le GR13 en direction de Bagneaux sur Loing. Après avoir traversé le Loing puis son canal, nous longeons d’anciens locaux industriels abritant aujourd’hui la Société Keraglass qui produit des plaques à induction. Le sentier file tout droit sur Nemours en suivant la rive gauche puis, après le camping, la rive droite du canal.

L’allure est vive et le pas ne faiblit pas, et bientôt se profilent les premières maisons de Nemours et son centre ville  paré des lumières de Noël et très animé. Un escalier nous permet d’accéder à la place du Châtelet qui domine la vieille ville et permet d’avoir un intéressant point de vue sur les toits anciens et le château médiéval illuminé.

Encore quelques centaines de mètres et nous voilà revenus aux voitures : la dernière randonnée à la journée de 2018 s’achève après 22 kms  et une météo favorable.

RV en 2019 :  l’aventure continue

  

Le groupe à l'entrée de l'hippodrome de la Solle

Compte rendu de la randonnée « De la Solle à Barbizon »

16 Novembre 2018  - 22 kms

 Le temps de saison,  humide et brumeux  n’a pas découragé les marcheurs pour cette randonnée de mi-novembre dont le départ se fait à l’hippodrome de la Solle.

Après la  traditionnelle photo de groupe prise face aux bâtiments du champ de courses, la troupe de 21 randonneurs s’engage sur le sentier bordé de fougères aux tons d’automne et les choses sérieuses commencent : une montée régulière sur 800 mètres réchauffe les participants et permet de déboucher sur le plateau puis d’arriver rapidement au carrefour du Grand Veneur qu’il faut contourner prudemment par les passages piétons.

Après un regroupement, « la tribu » s’élance à nouveau sur une large allée sableuse qui mène à une mare asséchée au pied de vieux chênes où se fait la pause café réconfortante et conviviale.

Mais il reste des Kms à parcourir et les randonneurs repartent avec entrain (le sentier est en descente … !!) en direction de la gorge aux néfliers, avant d’aborder plusieurs petites montées serpentant autour des blocs rocheux et qui nous amènent sur les platières d’Apremont.

Chacun monte à son rythme ce qui nécessite une petite pause de regroupement avant de continuer pour atteindre le point de vue des gorges d’Apremont  dont on ne peut pas bien profiter à cause des brumes persistantes.

Mais cela n’entame aucunement la bonne humeur du groupe  qui se dirige d’un pas décidé vers « le lavabo du diable », rocher creux qui garde en permanence les eaux de pluies, avant de prendre la direction de Barbizon. Nous pénétrons par l’arrière du village pour déboucher près de la maison-atelier de Théodore Rousseau et de l’église Notre Dame de la Persévérance, édifice original construit dans l’ancienne grange de la maison de Théodore Rousseau et  flanqué d’un clocher-beffroi. Nous prenons l’apéritif devant ces deux remarquables bâtiments et sous la bonne garde du Gaulois qui veille sur le monument aux morts local avant de nous rendre au restaurant.

Bonne humeur et ambiance amicale et chaleureuse sont de mise pour partager le repas savoureux qui nous est servi, les conversations et plaisanteries vont bon train….mais le chemin de retour nous attend et 5 copains nous quittent, alors que Monique M. vient se joindre à nous pour l’après-midi. Peu après la fin du village nous empruntons la route forestière des Mazettes et passons devant le chêne Charlemagne (baptisé ainsi par les enfants du village en 2000)  et dont nous admirons le tronc élancé qui nous en impose par sa hauteur.

Après avoir franchi la D607 par le tunnel du Carrefour de l’Epine, nous suivons (sur suggestion de Gisèle), le sentier bleu n°5 qui serpente à travers d’énormes rochers, avant de revenir sur la route forestière du Luxembourg, beaucoup plus rectiligne. Une pause pour se réhydrater est la bienvenue et sera l’occasion pour Dédé de « pousser la chansonnette ». Au carrefour de Bellecroix, nous traversons la D142 et poursuivons notre trajet sur la Route du Luxembourg. Nous en profitons pour faire un petit passage à la stèle en bordure de la D606, commémorant les adieux du Général Leclerc le 22 juin 1945 à la 2e Division Blindée qu’il avait conduite victorieusement de Témara (Maroc) à Berschtesgaden de Janvier 1944 à Mai 1945.

 Nous contournons les pistes de l’hippodrome de la Solle pour rejoindre les voitures stationnées près de la maison forestière : journée grise de Novembre mais belles couleurs d’automne dans les arbres,  sans pluie et 22 kms aux podomètres.

 

Barrage sur l'Orvanne à Voulx

Compte rendu de la randonnée à Voulx « Entre Orvanne et Lunain »

19 octobre 2018

 Les 12 marcheurs candidats pour cette randonnée se retrouvent à l’église de Voulx par un petit matin frileux. Après  seulement quelques centaines de mètres, ils découvrent au cœur du village un charmant barrage sur l’Orvanne qui se prête à une jolie photo de groupe. Passé les dernières maisons, le sentier s’engage sur une ancienne voie ferrée entre champs et parcelles boisées en direction de Chevry en Sereine où une jolie halle aménagée nous accueille pour la pause café.

Après cette petite halte bienfaisante, le groupe reprend  avec entrain le sentier qui passe devant l’imposante église au toit curieusement couvert par des tuiles mécaniques, pour atteindre la route D219E et passer devant le château de Chevry en Sereine, propriété privée classée aux Monuments historiques.

Arrivés à Villeflambeau, hameau de la commune de Chevry en Sereine, nous empruntons une large allée en sous-bois déjà parée des premières couleurs d’automne où glands, bogues de châtaignes et petites pommes de pins s’écrasent sous les chaussures. Au sortir des parcelles boisées, nous découvrons, bâtie sur une petite hauteur, l’église isolée de Saint Ange le Viel. Petit aller-retour pour décider du meilleur lieu pour pique-niquer, et une grande majorité vote pour le muret qui jouxte l’église et permet de déjeuner au soleil.

Bonne humeur et plaisanteries animent  ce repas en plein air, et même le cheval dans le pré voisin se roule sur le dos à une blague racontée par Dédé !!! La pause se termine et 4 copains nous quittent (Alain R et son harem de 3 femmes ….). Ce sont donc 8 randonneurs qui reprennent le sentier  qui, après la traversée du village longe un pré occupé par chevaux et poneys auxquels les randonneurs distribuent pain et pommes. Après un passage un peu  pénible pour les pieds, le paysan ayant amputé une partie du chemin avec son tracteur…., le sentier contourne une carrière de sables et de granulats avant de s’engager entre des champs cultivés où certains randonneurs glanent des épis de maïs.

Arrivés au village de Thoury Ferottes , une petite pause à l’ombre des tilleuls, face à l’église permet au groupe de se reposer et se désaltérer  avant de reprendre la route qui  franchit l’Orvanne et passe devant le château de La Motte

Après avoir traversé la D219, nous passons au golf de La Forteresse, ancienne ferme fortifiée (11e – 18e siècles), bâtie sur l’emplacement d’un château fort  La maison seigneuriale a disparu, mais il reste de cette époque la tour du pont levis ainsi que 2 tours carrées. Cette ferme accueille aujourd’hui un club de golf et un restaurant. Le sentier sinue entre les greens et nous échangeons quelques phrases amicales avec les golfeurs.  Passé le golf, nous ramassons des pommes le long du sentier qui circule à travers les champs de colza.

Après avoir traversé la D28, nous arrivons au quartier du Limosin et par une longue rue descendante, nous retrouvons les voitures à l’église de Voulx : belle boucle de 21,5 km par une belle journée d’automne très ensoleillée.

 

Le groupe sur le Tertre blanc

Randonnée Soisy sur Ecole

28 septembre 2018


 Fraîcheur et petit vent  automnal accueillent les 17 randonneurs au départ du Saut du Postillon près de Soisy sur Ecole pour cette randonnée de rentrée menée par Raymond. Peu après le départ, la montée  un peu raide du tertre blanc réchauffe les participants et la pause café se fait au soleil sur la hauteur pour profiter du point de vue. Après la descente du tertre, le sentier sinue en suivant une large allée jusqu’au lieu dit « le gros chêne » juste avant la D141. Un peu avant Nainville les Roches, le parcours traverse le bois du vieux cimetière avant de couper la D948. L’itinéraire devient très sinueux pour atteindre un terrain très accidenté qui nous conduit au chaos du Rocher du Duc et ses magnifiques rochers qui rappellent les blocs de la forêt de Fontainebleau. Après la traversée du joli village de Beauvais, nous empruntons un sentier de petite randonnée qui nous amène à franchir l’aqueduc de la Vanne avant de grimper sur un plateau. Suite à une erreur de parcours, les estomacs commencent à crier famine….. il est décidé de pique niquer au bord du sentier. La pause est la bienvenue pour se restaurer, se reposer et la bonne humeur reprend vite le dessus avec l’aide de bonnes blagues et du  ratafia … ! Après le pique-nique, 5 randonneurs nous quittent pour retourner aux voitures, et c’est donc à 12 que la troupe reprend le sentier en début d’après-midi pour suivre à nouveau l’aqueduc de la Vanne qui chemine dans la plaine jusqu’aux abords de Dannemois. Quelques noyers en bordure du chemin nous laissent espérer une petite récolte, mais en vain car des glaneurs sont passés avant nous ! Nous retrouvons le GR11 qui nous conduit en direction du hameau de l’Abattoir que nous traversons sous un ciel très lumineux. Une jolie grimpette nous conduit sur le plateau et le GR11  nous ramène au parking où nous sommes contents de retrouver les voitures, les podomètres frôlent les 26kms.
 

A l'aéro-club de Buno-Bonnevaux

Compte rendu Randonnée « Les plantes médicinales Milly la Forêt »

Vendredi 15 Juin 2018 – 23 kms

 Un petit groupe de 8 randonneurs le matin, 9 l’après-midi pour ce circuit inédit sur le thème des plantes médicinales autour de Milly la Forêt. Le départ se fait par le train depuis la gare de Maisse jusqu’à Boigneville où le groupe descend et emprunte le GR111  jusqu’à l’Essonne qu’il franchit au niveau du moulin Paillard.  Le sentier traverse ensuite une jolie vallée parsemée de blocs rocheux rappelant les chaos de la forêt de Fontainebleau, avant de traverser une parcelle boisée suivie de champs de céréales. Arrivés à l’aéro-club de Buno Bonnevaux, la pause café permet aux marcheurs de découvrir l’activité principale de ce lieu : la pratique du vol à voile.

Le sentier repart en direction du hameau de Mézières à travers champs de céréales (blé, orge, seigle) et plantes aromatiques (menthe ordinaire,  menthe poivrée, estragon), un vrai festival de cultures régionales ! Le ciel gris jusque là se dégage en laissant une belle part aux éclaircies.

Le groupe emprunte le « chemin royal » en direction de Oncy sur Ecole, et en cours de route, une petite pause gustative s’improvise autour de splendides cerisiers bien tentants pour les gourmands …

L’heure s’avance et nous arrivons bientôt aux tables de pique-nique installées près de la salle polyvalente de la commune pour une pause agréable et confortable où Monique nous rejoint pour marcher l’après-midi avec nous.

Le groupe quitte cet endroit plaisant avec un peu de regret, mais il faut penser à continuer le circuit qui traverse la commune de Oncy sur Ecole : après avoir coupé la Départementale 948, nous passons près d’un calvaire et rejoignons le GR32 qui nous amène à la rivière Ecole que nous franchissons par un joli ponceau près du lavoir municipal. Nous découvrons des cultures de plantes médicinales et aromatiques, spécialités  produites localement depuis le moyen-âge.

Le chemin de la Madeleine nous permet de longer un champ de chanvre (culture destinée à l’isolation de bâtiments et à la confection de cordages) et d’arriver à Milly la Forêt sous un ciel bien dégagé. Après avoir longé le Conservatoire national des plantes médicinales, nous passons devant la célèbre chapelle Sainte Blaise-des-Simples, décorée en 1959 par Jean Cocteau qui y est inhumé  à sa mort en 1963.

Rappelons que Jean Cocteau, né en 1889, était un  artiste éclectique : poète, dessinateur, graphiste, auteur, cinéaste … Il fut élu à l’Académie française en 1955. La maison où il vécut à Milly est désormais un musée qui lui est consacré.

Le circuit passe ensuite devant l’imposante halle construite en 1479 par l’Amiral de Graville, l’hôtel de ville, l’abreuvoir et le lavoir de la Bonde. Pour mémoire, la maison du Parc Naturel Régional du Gâtinais est située à Milly la Forêt.

Nous quittons le GR32 pour emprunter un sentier jaune qui nous conduit dans les bois de Milly et du Chênet. Après une bonne grimpette, le parcours longe une zone d’activité repérable de loin grâce à son château d’eau orignal avant de retrouver le GR1 qui nous ramène à la gare de Maisse où nous retrouvons les voitures après une agréable descente.

Ce beau parcours de 23 kms a permis aux randonneurs de découvrir les environs de Milly la Forêt avec une météo très favorable.

Place aux vacances d’été avant la prochaine randonnée à la journée en septembre.

 

Les randonneurs et l'éléphant

Randonnée Les gorges d’Apremont

18 mai 2018 – 21 kms

 Pour ce grand classique de la randonnée en forêt de Fontainebleau, le départ se fait du parking de l’ONF à la Faisanderie. Température douce et ciel clair pour les 15 randonneurs qui s’élancent sur le sentier n°6 en direction des gorges et platières d’Apremont. Petite pause café au carrefour des cépées, au croisement avec la route ronde.

Après avoir vainement cherché la mare aux sangliers, le groupe parvient à la mare aux biches, bien en eau en ce mois de mai grâce à la pluviosité abondante de l’hiver et du début de printemps avant d’arriver à la caverne des brigands après avoir franchi plusieurs chaos rocheux.

Le carrefour du bas Bréau se prête parfaitement au pique-nique sur les rochers : apéro, salades et bonne humeur sous le soleil…un vrai festin !

Mais il faut penser à reprendre le chemin par l’allée des vaches à Barbizon et atteindre les médaillons des peintres Jean-François Millet et Théodore Rousseau que de nombreux randonneurs connaissent déjà mais ont plaisir à revoir. Le sentier n° 6 nous conduit ensuite au célèbre rocher de l’éléphant qui fait toujours l’admiration du public et suscite de nombreux commentaires, et au lavabo du diable, rocher en creux qui recèle une petite réserve d’eau. Le point de vue des gorges d’Apremont offre un magnifique panorama balayant la forêt depuis les pylônes de Sainte Assise jusqu’aux tours de Plein Ciel dominant Melun.

Après le carrefour aux néfliers, le retour se fait par la route du Bouquet et celle de Notre Dame qui ramène le groupe au parking.

Une belle journée de randonnée s’achève sous le soleil : les participants sont un peu fatigués mais contents !!

 

Décor royal pour les randonneurs

Randonnée « De la Faisanderie à la Mare aux Fées »

13 avril 2018

 Le départ de cette randonnée pour les 11 participants présents se fait depuis le parking de l’Office National des Forêts à la Faisanderie à Fontainebleau.

Le premier km du parcours suit le GR13 qui contourne le stade de Fontainebleau désert en ce début de matinée, mais très vite nous empruntons le tunnel qui nous permet de franchir la nationale en toute sécurité et d’arriver face aux grilles du château par la rue Royale  Nous pénétrons dans la cour des Adieux et découvrons que des travaux de rénovation sont en cours sur le célèbre escalier en fer à cheval. Avant de longer et contourner l’étang aux carpes, nous  admirons la »grotte aux pins », dont la façade est constituée de statues de géants rustiques, et qui doit son nom au fait qu’à l’origine elle faisait face à un jardin planté de pins.

Nous quittons le parc par la porte de Maintenon et faisons une pause café avant d’aborder le parcours forestier qui nous amène à la première grimpette pour franchir le chaos des rochers de Bouligny, très moussus après l’hiver particulièrement humide. Après avoir contourné le champ de tir, nous arrivons par le GR11 sur le site du Rocher Fourceau, récemment remis en lumière par des travaux de débardage effectués avec l’aide d’un cheval. Nous empruntons alors la route des Ventes Bourbon et traversons la route Ronde avant de prendre la route des fées que nous n’avons pas pu apercevoir, nos bavardages ayant dû les effrayer !!  Sur la route de la grande mare, nous avons l’opportunité d’observer des grumes au diamètre impressionnant, avant d’arriver à la mare aux Fées, au niveau d’eau élevé, très harmonieuse dans ses proportions, et au charme incontestable.

C’est là que nous retrouvons pour le pique-nique Raymond et Jean-Louis empêchés de marcher pour cause de blessure, mais aussi  Alain et Dominique qui randonnerons avec nous l’après-midi.

La table circulaire est la bienvenue pour un repas sympathique et convivial et juste assez grande pour les 15 participants…. Merci l’ONF, dommage que ces tables se fassent rares.

C’est donc à 13, ce vendredi 13, que nous repartons l’après-midi.  Nous traversons tout d’abord la gorge aux loups (que nous ne verrons pas non plus !!), puis le GR11  nous amène au point de vue de l’Inspecteur Général (124 m d’altitude !!), avant de franchir le Mont Merle, et cette 3ème montée, la plus sévère de la journée impose une petite halte pour se désaltérer, d’autant que la température n’a cessé de monter.

Après cet arrêt réparateur,  nous retrouvons les hauteurs du Rocher de Bouligny  sur lesquelles nous découvrons deux mares : celle de Bouligny et celle de Lebaudy.

Nous retrouvons le carrefour de Maintenon en suivant le sentier bleu 9E avant de rejoindre le parc du château, l’étang aux carpes et l’escalier en fer à cheval. Retour au parking par l’itinéraire du matin, rue Royale et rue de l’Arbre sec.

Les podomètres affichent 22kms, et les randonneurs un visage satisfaits de cette belle journée de marche active.

 

Cueillette à Recloses

Petite rando et cueillette de jonquilles à Recloses 23 mars 2018
 
Cette année Jean-Claude nous amène aux alentours de Recloses pour une petite  balade de découverte sur de grandes allées que nous parcourons rarement, aux noms évocateurs : Route des délinquants, route de l’assassinat….  Le départ se fait sur la route Ronde, face à l’ancienne maison forestière des Erables et déluge, et malgré les pluies récentes, le terrain est peu boueux et se révèle parfait pour la randonnée. Après quelques kms, nous découvrons la mare à la Ricarde, peu connue, mais qui ne manque pas de charme, et une charmante petite isba  cachée au milieu de la forêt, avant d’atteindre l’abri des Francs, rocher imposant recouvrant un espace pouvant accueillir une dizaine de personnes. Petit arrêt au boulodrome pour boire et goûter avant de grimper et atteindre le petit village de Recloses, endormi après la fête des jonquilles du week-end précédent. Mais heureusement, les habitants nous ont laissé de grands tapis jaune d’or et les 15 randonneurs ont vite confectionné de superbes bouquets de corolles jaunes. Bel après-midi de marche et de cueillette, dans la bonne humeur et sans une goutte de pluie.

Randonnée l’Ecole Buissonnière 16 mars 2018
 
 Pour cette journée menée par Raymond, un circuit composé de 2 boucles formant un 8 nous amènera à passer à deux reprises sur la commune de Saint-Sauveur sur Ecole. Malgré un ciel nuageux et des giboulées annoncées par la météo pour l’après-midi,  17 randonneurs  déterminés prennent le départ au stade de Perthes en Gâtinais,  équipés de guêtres, les sentiers promettant d’être boueux. Après avoir traversé le village, le groupe s’engage dans la plaine, mais très vite il faut quitter l’itinéraire à travers bois et suivre une petite route goudronnée afin d’éviter une zone inondée. Nous arrivons tout de même au lieu dit « le petit moulin » alimenté par le ru de Rebais  où nous nous arrêtons pour la pause café. La suite du parcours nous conduit au bord de la rivière l’Ecole, bien alimentée par les récentes pluies, puis au hameau du Monceau que nous atteignons par une petite grimpette. Petit coup d’œil au joli lavoir local avant de repartir et suivre à nouveau la vallée de l’Ecole en direction de La Planche où nous pouvons observer un autre lavoir avant de passer devant le château du village et longer les murs de la propriété. Après avoir atteint le plateau, à la sortie d’un bois, nous  découvrons le tombeau de la Dame Blanche;  le sentier nous conduit ensuite à Saint-Sauveur sur Ecole : passage par l’église, le  moulin de la Fosse dont la roue restaurée est toujours en activité, le lavoir, puis, sous la conduite de Jean, nous nous dirigeons vers l’ancien parc aménagé où des tables nous attendent pour le pique-nique. Après un repas convivial, il faut songer à repartir, non sans avoir admiré les 3 biches de l’enclos qui apprécient les petites douceurs distribuées par les randonneurs.et se laissent gentiment photographier. Quelques kms plus loin,  après avoir traversé une zone boisée, nous arrivons au Moulin de Montgermont au bord de l’Ecole, bel édifice restauré et habité.  Nous prenons ensuite la direction du hameau de Brinville que nous traversons par de plaisantes venelles avant de rejoindre la plaine par des sentiers utilisés par les agriculteurs : quelques zones boueuses, mais sans grande difficulté. Le circuit nous ramène à Saint-Sauveur, ou le groupe fait une pause bien méritée sur le petit pont enjambant l’Ecole : petite séance acrobatique en équilibre sur le parapet pour récupérer le bâton de marche de Christiane tombé à l’eau … Les derniers kms s’effectuent à travers champs, habituellement dédiés à la culture de salades… il faudra revenir en juin pour la cueillette ! Le pas se fait plus lent, et c’est avec satisfaction que les randonneurs parcourent les rues de Perthes pour rejoindre les voitures et pouvoir quitter les chaussures de rando, car les podomètres affichent 25 kms. Une bonne journée de randonnée se termine, sans une seule goutte de pluie, faisant mentir les prévisions météo !

Randonnée enneigée sans raquettes

Randonnée « De la forêt de Rougeau à Seine Port »

9 Février 2018

 Un décor exceptionnel de neige a accompagné  les 13 randonneurs tout au long de  cette magnifique journée : les chutes de neige des jours précédents avaient en effet laissé un superbe manteau blanc sur la campagne, les arbres, les sentiers, les villages pour la plus grande joie du groupe.

Toutefois, dès le départ à l’orée de la forêt de Rougeau  sur la commune de Nandy,  les débordements des fossés ayant provoqué de petits lacs gelés ont obligé Jean-Claude à dévier le parcours afin de trouver de larges allées stables recouvertes de neige et plus praticables.

Une heure plus tard, au carrefour du grand veneur, le groupe s’installe sur un banc  pour prendre café et boissons chaudes afin de réchauffer les organismes, la température avoisinant les 0°….

Bien réconfortés, les marcheurs reprennent le sentier où l’on devine l’eau et la boue sous la couche de neige, mais cela n’entame en rien la bonne humeur ambiante. Après la traversée de la départementale 446, le parcours suit le cours  sinueux d’un petit ruisseau, offrant de belles prises de vue aux photographes enchantés du décor.

Une petite montée permet d’accéder à un point de vue offrant aux randonneurs un joli panorama enneigé sur un méandre de la Seine et de nouvelles jolies prises de vue pour les photographes. Une seconde grimpette amène le groupe sur une petite route desservant de belles maisons  en surplomb de la Seine. Au bout de 2 km nous arrivons au Pavillon Royal de Nandy créé en 1755 par Bouret, intendant de Louis XV qui souhaitait en faire un lieu privilégié pour les chasses du Roi qui ne viendra jamais sur place selon les historiens….

S’amorce ensuite la descente vers la Seine : passage devant un éboulement provoqué par les importantes pluies de juin 2016 qui a épargné de justesse une maison en contrebas, apparemment toujours habitée.

Arrivés sur la place de Nandy où se tient une fois par mois une brocante réputée dans la région, le groupe prend l’apéritif sous la neige qui s’est remise à tomber : un moment particulier qui restera un beau souvenir pour tous les participants.

Après un agréable repas convivial dans une ambiance chaleureuse, il faut quitter le confort douillet de la pizzeria et enfiler les capes pour se protéger de la neige qui continue de tomber et d’épaissir la couche dans les petites ruelles de Seine Port que nous parcourons d’un pas décidé. Là encore les photographes s’attardent pour prendre de superbes clichés des ruelles, maisons et jardins enneigés.

A la sortie du village une petite grimpette amène le groupe  au hameau de Noisement, très vite traversé, les rues étant désertes …. Une dernière montée pour atteindre un plateau qui nous conduit au hameau de Saint-Leu, tout aussi désert que le précédent, et après avoir contourné le château, le parcours nous fait passer devant la ferme écomusée de Coulevrain, sur la commune de Savigny le Temple. Le sentier suit un petit ruisseau en limite des zones pavillonnaires et nous ramène à Nandy que nous traversons pour retrouver les voitures à l’orée de la forêt de Rougeau, point de départ de cette magnifique randonnée hivernale de 23kms qui a ravi tous les participants, malgré quelques glissades et petites chutes sans conséquence.

Jean-Claude nous promet de refaire cette randonnée en période automnale pour découvrir ce circuit sous un aspect plus verdoyant.

 

Devant l'église St Pierre de Cerny

Compte rendu de la randonnée  La Ferté Alais - Cerny

12 Janvier 2018

 Pour cette première randonnée à la journée de 2018 (21kms), un ciel très nuageux mais pas de pluie, ce qui ravit les 20 marcheurs qui ont tout de même enfilé les guêtres sur conseil de Raymond afin d’affronter les terrains boueux de la campagne essonnaise !

Après les 2 premiers kms en ville, le sentier franchit l’Essonne en s’éloignant des routes départementales et suit le vieux ru pour nous conduire au cœur du petit village de Cerny très connu pour son aérodrome/musée volant consacré aux vieux avions de légende et dont la visite n’est pas prévue aujourd’hui. Le parcours passe à l’église Saint-Pierre du 13e siècle, que certains participants visitent rapidement, et après avoir pris une photo de groupe devant le porche remarquable, la troupe repart avec entrain. Dans une allée forestière, le tronc d’un arbre récemment tombé nous offre un comptoir providentiel pour la pause café agrémentée de biscuits et gâteaux maison.

Le sentier continue en direction de la butte Hébert – Mariette et Jean-Marie sont vraiment très connus – qui nous réserve une longue côte que chacun franchit à son rythme.

Plusieurs Kms de terrain plat sur le plateau permettent au groupe d’avancer rapidement entre terres agricoles  et zones boisées. Plus loin, après le franchissement d’une ancienne carrière, nous abordons un plateau gréseux par un chemin très boueux  agrémenté de nombreuses flaques d’eau  qui nous amène à la mare de Trompe Vache …. Merci Raymond pour les guêtres !

La descente sur le village de Boissy  le Cutté  blotti au creux du vallon, se négocie par le GR à travers les blocs rocheux.

Accueil toujours aussi chaleureux au restaurant que nous fréquentons pour la 3e fois : petits toasts et friandises salées nous attendent pour l’apéritif…avant le repas frais et copieux qui nous est servi par la patronne.

Mais il faut déjà songer à repartir pour les 9 kms de l’après-midi : après avoir franchi le terrain de camping fermé en cette saison, nous traversons la plaine de Fond de Chaude Vau avant d’aborder les bois de la Petite Montagne. Encore quelques efforts et nous arrivons au sommet de la Roche Fortière par une belle grimpette– 133 m d’altitude !! – Regroupement des randonneurs avant d’aborder la descente sur la vallée de l’Essonne et rejoindre les voitures au parking de la Ferté Alais.

Une belle journée de randonnée qui s’achève où la pluie nous aura épargnés.

Mouillés mais heureux

Vendredi 29 décembre :  la dernière randonnée 2017

Conditions climatiques défavorables et périodes de fêtes n'ont pas découragé les 6 marcheurs qui se sont mis en route pour cette dernière randonnée de 2017 conduite par Jean-Claude, pour un circuit reliant plusieurs mares de la forêt de Fontainebleau. Avant d'arriver à la mare à Bauge, la cape de pluie est rapidement enfilée et le groupe poursuit son chemin en direction de la mare aux Evées puis de la mare aux Cerfs, toutes deux ayant un niveau d'eau élevé. Après avoir longé le Rocher Canon, le groupe se dirige vers la mare à Piat, mais aux alentours du carrefour du Cabinet de Monseigneur, un gros orage, particulièrement inattendu en cette saison, incite les marcheurs à prendre le chemin du retour d'autant qu'il reste une heure de trajet à parcourir avant de rejoindre les voitures. Et c'est sous un ciel d'éclaircie que nous effectuons cette fin de parcours.

Chaussures, capes et pantalons sont bien trempés, mais une agréable surprise attend le groupe aux Bar des Amis : une soupe chaude pour nous réchauffer et quelques bulles dans une flûte pour fêter la fin d'année et trinquer avec nos "cafetiers" préférés.

Tous prêts pour de nouvelles aventures sur les sentiers en 2018.

 

 

Départ à l'écluse de la cave à Bois le Roi

Compte rendu de la randonnée  Boucle Bois Le Roi / Samois

15 Décembre 2017

 Grosse affluence pour la dernière randonnée à la journée de l’année 2017 :  20 participants sont présents au départ de cette boucle de 23 km qui se fait à l’écluse de Bois Le Roi., dont le nom exact est « Ecluse de la cave ».

Après quelques minutes d’attente  - l’une des voitures avait opté pour aller directement sur le lieu de restauration !!! – le groupe se met en marche  dans la bonne humeur pour traverser une zone pavillonnaire et parvenir au centre ville de Bois le Roi par une venelle étroite qui nous permet d’admirer l’ancien lavoir récemment restauré.

Le parcours se poursuit sur des allées forestières  qui nous conduisent aux abords de la base de loisirs :une table de pique-nique permet de déballer café et gâteaux, l’appétit et les conversations vont bon train.

Une fois restauré, le groupe repart en suivant le balisage du TMF qui nous amène à un carrefour aménagé. Jean-Claude nous explique que cet aménagement fait partie d’une piste cyclable à vocation touristique, « l’Eurovélo 3» qui permettra, une fois achevée en 2018, de relier à vélo la ville de Trondheim en Norvège à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, soit une distance totale de 5 000 kms, dont 1600 en France et qui portera sur notre territoire, le nom de « Scandibérique.

La marche se poursuit jusqu’aux berges de la Seine d’où nous pouvons admirer, sur la rive opposée, le joli village de Fontaine le Port, et observer plusieurs péniches de transports remontant ou descendant le courant, dont certaines chargées de sable. Quelques kms plus loin, nous arrivons sur la commune de Samois, où la rive gauche de la Seine est occupée par de nombreuses péniches d’habitation. Une petite côte nous permet de parvenir sur la place centrale du village du Haut Samois où le groupe de marcheurs retrouve quelques copains du vendredi n’ayant pu participer à la randonnée, pour un repas festif marquant la fin de l’année. Ambiance conviviale, chansons et bonne humeur  rythment le repas et le départ s’effectue avec un peu de retard pour les 16 marcheurs décidés à poursuivre l’aventure l’après-midi.

Pour redescendre vers la Seine, le groupe longe le lavoir construit en 1813 et récemment restauré avant le passer devant la maison où vécut et mourut le célèbre guitariste Django Reinhardt et pénétrer sur l’île du Berceau, lieu historique du festival annuel de jazz.

Pour quitter la Seine et rejoindre la forêt, une petite difficulté attend le groupe : un escalier assez raide de 47 marches, qui se révèle être une véritable épreuve pour quelques-uns…, mais il faut avouer que la digestion n’était pas terminée et que personne n’a compté les marches !!

Une fois le regroupement effectué près de la maison forestière, la troupe s’engage en forêt pour rejoindre la tour de Samois, construite en 1880 pour servir d’observatoire, et dont l’accès est aujourd’hui condamné.

En suivant le sentier n° 15, nous arrivons près de la voie de chemin de fer où un arrêt SNCF permet de déposer au cœur de la forêt les dimanches et jours fériés, les randonneurs venant de Paris. Après avoir traversé la voie de chemin de fer, le parcours emprunte des allées cavalières plus larges, qui nous ramènent au centre ville de Bois le Roi.

La randonnée se termine à la tombée de la nuit avec quelques lampes frontales, mais comme le groupe n’a pas fait de marche nocturne cette année, la tradition aura quand même été respectée.

Avant de se séparer, souhaits de Bonne Fêtes de fin d’année sont échangés et RV est pris pour la prochaine randonnée à la journée, le 12 janvier pour bien commencer 2018.

 

Randonnée La Ferté Malvoisine

17 Novembre 2017

 Temps maussade et ciel gris pour cette randonnée de 22 kms et malgré cela 15 courageux  sont présents à 8 h00 place du marché pour se rendre à la Ferté Alais  où le départ se fait  au parking de la Sablière, bien connu de tous.

Première difficulté avec 1 km de montée sinueuse à travers bois avant d’arriver sur le plateau qui surplombe la ville. Après un regroupement pour  reprendre son souffle et profiter du paysage, le groupe repart sur le sentier qui longe une ancienne carrière et traverse les bois de Baulne où nous faisons une petite pause café.

Nous  suivons ensuite un chemin herbeux longeant le bois sur environ 3 km avant d’atteindre une seconde petite côte  qui nous amène au village de Mondeville endormi dans les brumes automnales. Nous passons près du camping avant de contourner une platière et arriver au chaos des Roches aux Dames où par précaution,  Jean-Claude préfère faire descendre le groupe à travers les châtaigniers afin d’éviter les rochers  très glissants par ce temps humide.

Devant l’absence de balisage (signes grattés… !) à un embranchement de sentiers le groupe doit  longer la lisière de la forêt sur plusieurs kms. Pour remonter le moral des troupes, Alain nous propose une pause apéro qui fait l’unanimité. …Pour rejoindre Ballancourt pas d’autre solution que de traverser un champ car les 5 copains n’ayant pas randonné le matin, nous attendent à la crêperie pour le déjeuner. Accueil sympathique, ambiance chaleureuse, et repas de délicieuses crêpes font oublier la mésaventure de fin de matinée.

Mais il faut songer à reprendre la randonnée en direction du château du Grand Saussay (ensemble de deux châteaux du 18e siècle se faisant face, construits sur les ruines d’un château féodal) et longer son parc.

Le sentier suit ensuite le cours de l’Essonne occupé par de nombreux petits cabanons de loisirs et de pêche sur près de 2 kms, avant de s’en éloigner et franchir la voie ferrée.

Dernière difficulté : à partir du cimetière de Baulne, une côte sévère permet de grimper sur le plateau et après une petite pause pour récupérer, le groupe redescend au parking en empruntant la côte escaladée le matin, content de retrouver les voitures.

 

En forêt de Champagne sur Seine

Compte rendu Randonnée La mare périlleuse

20 Octobre 2017

17 marcheurs pour cette randonnée automnale  dont le départ se fait au pont de Valvins avec une météo favorable. Le début du circuit permet d’admirer la Grange aux Dimes, édifice  des 15e et 16e siècles ayant appartenu à l’Abbaye de Saint Germain des Prés  et dont la fonction d’origine était de collecter et stocker les impôts en nature (1/10 des récoltes). Situé sur la commune de Samoreau  ce bâtiment fut classé en 1926 .

 Après avoir parcouru les rues anciennes du haut de Samoreau, nous pénétrons dans la forêt domaniale de Champagne sur Seine, riche de ses nombreux châtaigniers. Lors de la traversée d’une zone rocheuse rappelant la forêt de Fontainebleau, le groupe fait une  halte pour la pause café, et Monique M. en profite pour glaner une petite provision de châtaignes…

Le sentier suit ensuite le mur des Pressoirs du Roi, château  construit par François 1er sur les coteaux qu’il avait acheté en 1520, et serpente sur les crêtes surplombant la Seine.

De belles allées forestières  traversées par les rayons du soleil nous offrent leurs magnifiques couleurs d’automne et nous  conduisent à la mare périlleuse, à l’écart du sentier. Encore très naturelle et peu fréquentée, cette mare  paisible se laisse  découvrir avec plaisir, mais ne nous livre pas le secret de l’origine de son nom.

Périlleuse ou pas, la mare laisse repartir le groupe de marcheurs vers le lieu du pique-nique qui se fait  aux abords du relais de chasse du Domaine de l’Espinard. Sympathique rencontre avec un groupe de chasseurs qui nous propose d’utiliser les bancs du relais de chasse et nous souhaite un bon appétit…. ce qui ne manque pas car nos narines frémissent aux odeurs alléchantes de cuisine provenant du relais !

 Mais  les bonnes choses ayant une fin, il faut déjà repartir en direction du hameau de Ferland  pour atteindre le petit village tranquille de Féricy, son église et sa rue principale bordée de maisons anciennes en pierres, mais aussi son château, grosse maison bourgeoise dans le parc de laquelle se déroulent les fêtes de l’âne et de la pomme.

Une dernière pause près du cimetière, lieu calme par excellence,  avant de descendre à travers champs et vergers pour rejoindre les berges de la Seine que nous suivrons sur les derniers kilomètres et retrouver les voitures. A la surprise générale, les podomètres affichent tous plus de 25 kms !! une belle et grande randonnée sans difficultés mais menée bon train dans de bonnes conditions climatiques.